Partners, series premiere

Partners

Partners démarre vraiment du bon pied avec ses répliques lourdingues et ses gags pas vraiment drôles. 20 minutes de soupirs ou presque à voir évoluer une bande d’amis qui ne risque pas de faire de l’ombre à celles de How I Met Your Mother ou The Big Bang Theory, pour rester sur CBS.

Michael Urie, qui s’en sort le mieux ici, était cent fois plus drôle sans rires en fond sonore dans les premières saisons de Ugly Betty dans la peau de Marc St. James et David Krumholtz a beau avoir changé de genre et de network -et aussi un peu de visage depuis l’époque de Numb3rs-, il n’aura pas plus de chance avec Partners qu’avec The Playboy Club l’an dernier.

Sophia Bush reste un plaisir pour les yeux mais ne serait-elle pas plus à sa place dans un bon drama ? Quant au pauvre Brandon Routh, on a l’impression qu’il s’est téléporté vingt ans dans le futur en provenance du casting de Premiers Baisers tant son jeu respire AB Productions (la comédie, c’est vraiment pas son truc !).

Faut-il perservérer après une entame aussi peu convaincante (mais tout de même plus agréable que l’effroyable Guys With Kids) ? Les premières audiences ne nous y encouragent pas, mais ce n’est pas comme si j’étais en train d’hésiter…

Visuel : CBS.

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s