24h Chrono, series finale

24-sf

No spoiler dans ce qui suit.

Dur, dur pour le sériephile que je suis. 24h après avoir dit adieu aux Losties, il a fallu faire de même avec Jack Bauer, du moins en ce qui concerne ses aventures télévisuelles puisqu’il est question qu’il poursuive sa route sur grand écran un de ces quatre.

Cela fait quand même près de 9 ans qu’on suivait les journées de folie du père Jack puisque 24h Chrono a démarré sur la FOX à l’automne 2001. Pour ma part, j’ai découvert la série en septembre 2002 sur Canal Plus. Cette rentrée télé fut formidable pour ma part puisque c’est aussi à ce moment-là que j’ai découvert Alias. Eh oui, c’était une époque où on découvrait encore les séries sur l’écran 4/3 du salon…

Cela faisait déjà quelque temps que j’étais devenu un accro aux séries (depuis l’époque Canal Jimmy vers la fin des années 90 sans oublier le phénomène X-Files sur M6, etc.) et ces deux productions ont vraiment plus que nourri ma passion.

24 et Alias font à coup sûr partie du top 15, voire du top 10 de mes séries préférées (24 étant la mieux classée des deux). Et j’ai été très heureux d’avoir pu écrire des dossiers pour SeriesTV sur ces deux séries phares de la décennie 2000 il y a quelques années.

En ce qui concerne Alias, il m’a fallu attendre la saison 2 pour devenir accro. Je crois que le fait de suivre la saison 1 sur M6 en VF et avec une qualité d’image pourrie (mon antenne rateau n’était pas au top et M6 n’était pas encore dispo sur Csat) n’a pas aidé. Heureusement, par la suite, je me suis reporté sur Teva avec la VOST si je ne me trompe pas, et c’était bien. Enfin, sur les intrigues (Ah Phase One..). Mais passon…

Pour ce qui est de 24, je n’attendais pas grand chose avant de la découvrir. Le concept m’attirait, j’avais lu beaucoup de choses dans la presse, il y avait un buzz énorme autour de l’arrivée de la série sur la chaîne cryptée et c’était d’ailleurs encore un peu une nouveauté pour Canal de proposer des séries en prime. Et puis, avec la VOST, c’était le pied.

Je suis devenu accro dès le pilote.Le temps réel, la sensation d’urgence, les conspirations, j’ai adoré ! Je savourais les deux épisodes proposés et j’attendais avec impatience la semaine suivante.

La 2ème saison est pour moi la meilleure avec la saison 5. Plus de rythme, plus de spectacle, sans qu’on tombe dans la surenchère, et une intrigue politique merveilleuse autour de David Palmer.

Les saisons 3 et 4, je les aimé, en bon fan de la série, mais je les ai trouvé moins abouties. Dans la 3, ça commençait à devenir un peu n’importe quoi avec notamment le périple au Mexique, et dans la 4, le « Marwan Show » a fini par me gonfler.

La saison 5 a relevé le niveau et je retiens la prestation fabuleuse de Gregory Itzin dans le rôle du Président Charles Logan.

J’ai moins aimé la saison 6 et l’intrigue familiale autour de Jack. Quant à la saison 7, qui est arrivée deux ans après, because grève des auteurs, elle a eu le mérite d’apporter un petit vent de fraîcheur en s’installant à Washington et en se détachant de la CTU.

Et puis arrive la saison 8, la dernière. Et là, j’ai eu très peur. Très peur d’assister à la saison de trop car la première moitié est vraiment moyenne. On rassemble un peu n’importe comment tous les clichés de la série (la taupe à la CTU, l’intrigue bouche-trou…) et le résultat est plus que poussif, la mayonnaise avait du mal à prendre. Bref, l’ensemble manque d’allant et pour la première fois depuis très longtemps, je m’emmerde un peu devant 24 et ça me fait ch***.

Heureusement, la série a magnifiquemen relevé la tête vers le 12ème épisode, enfin surtout à partir du 14ème, et là je dois dire qu’à partir de là, j’ai vraiment savouré. Tout part un peu en vrille mais dans le sens positif et c’est un vrai bonheur. Entre le 8.14 et le 8.24 (peut-être un peu moins avec le 8.19), je me suis régalé ! La dernière heure ressemble davantage à celle d’un season finale de 24 qu’à un véritable series finale. Après tout, 24 aurait pu s’achever après la saison 5, ou la 6, ou la 7, etc, ça n’aurait choqué personne. Chaque nouvelle saison de 24 étant un recommencement et chaque fin de saison une fin de série potentielle.

Les derniers instants sont tristes sans qu’on en fasse des tonnes. La dernière scène est à la fois sobre et très émouvante jusqu’au dernier coup de chrono.

Une bonne conclusion pour une très bonne série, non dénuée de défauts, bien sûr, mais à ce stade, je crois qu’on s’en fichait un peu. Ceux que cela dérange ont dû laisser tomber depuis longtemps. Dans le cas contraire, je n’ai jamais bien compris la posture de ceux qui crachait sur la série mais qui continuaient pour rigoler, autant regarder une bonne comédie si on veut se marrer de façon plus intelligente, ou un bon drama puisqu’il y en a un paquet

See ya in another day, Jack !

Conseil de lecture : « The Enduring Legacy of 24″, The Atlantic, 24/05/2010 (article spoiler si vous n’avez pas vu la saison 8 à l’exception du final).

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s